[Chronique] L’ile aux mensonges de Frances Hardinge

Bonjour à tous,

Aujourd’hui une nouvelle petite chronique sur le roman L’ile aux mensonges dont on m’avait venté  la qualité.

L’ile aux mensonges

Auteur : Frances Hardinge
Editeur : Gallimard jeunesse
Prix : 18.50 euros
Date : 2017

th

Résumé :

Faith Sunderly, 14 ans, est la fille d’un révérend et éminent naturaliste. Accusé d’avoir trompé la communauté scientifique, il part s’exiler avec sa famille sur une île au large des côtes anglaises. Mais les rumeurs l’accablent et bientôt il est retrouvé mort. Suicide déshonorant comme le fait croire la respectable société victorienne ? Ou assassinat, comme en est persuadée sa fille ? Avec son insatiable curiosité, Faith mène seule son enquête, qui l’entraine de révélations en secrets précieusement dissimulés. Elle est prête à défier toutes les convenances sociales pour faire surgir la vérité. Mais cette vérité pourrait se révéler dangereuse….

Mon avis :

Mon avis est plutôt mitigé. Déjà au premier abord j’étais un peu inquiète par le résumé : le roman paraissait trop réaliste et beaucoup trop centré sur l’aspect social de l’histoire. Cependant, je suis complètement fan de l’époque durant laquelle se déroule l’histoire, c’est-à-dire l’époque victorienne. J’étais également intéressée par le fait que le roman semblait parler de naturalisme et de sciences.

Le sujet principal du livre est l’enquête de la jeune Faith pour découvrir la vérité qui se cache derrière les mensonges de son père et les mystères entourant sa mort. Même si on s’attend un peu à la fin, tout le cheminement pour découvrir la vérité est vraiment bien ficelé et bien écrit, bien qu’il manque parfois un petit peu de rythme. On découvre peu à peu ce que la très calme et douce jeune fille est capable de faire, les mensonges qu’elle peut véhiculer pour sauver l’honneur de son père et de sa famille.

L’intelligence et la persévérance de Faith font d’elle un personnage féminin fort et intéressant. Ces qualités nous amène parfois à la détester, notamment lorsqu’elle détruit moralement certaines personnes. Or, on est en même temps admiratif de ce qu’elle est capable de faire et du fait qu’elle ne lâche rien malgré le fait que tout le monde soit contre elle et son père.

J’ai apprécié la touche de fantastique et la tension qui se dégage à ces moments là. Je ne serais pas plus précise pour éviter de vous spoiler.J’aurais tout de même aimé que l’aspect fantastique soit plus présent et plus approfondi.

Le gros point négatif du roman est la lenteur et le manque de rythme, même si c’est parfois rattrapé par le fait que l’auteur essaie d’installer une certaine tension et de prolonger le mystère. On passe tout de même un bon moment avec cette lecture mais ce n’est pas un de mes coups de cœur.

2 réflexions sur “[Chronique] L’ile aux mensonges de Frances Hardinge

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s