[Chronique] Black Wood de Lois Duncan

Bonjour à tous,

Aujourd’hui je vous présente ma dernière lecture : Black Wood, le pensionnat de nulle part de Lois Duncan.

Black Wood le pensionnat de nulle part

Auteur : Lois Duncan
Date : Août 2015
Prix : 16 €
Editions : Black Moon
Pages : environ 280

logo_6401.jpg

Résumé :

A l’instant où elle pose les yeux sur l’imposant manoir gothique de Blackwood, le pensionnat où elle va passer l’année, un sentiment d’angoisse s’empare de Kit. Comme si un vent glacé traversait son cœur à chaque pas effectué vers la porte. Comme s’il y avait quelque chose de maléfique à l’intérieur des murs du pensionnat, perdu au milieu de nulle part. Lorsque d’étranges phénomènes viennent perturber son quotidien et que les trois autres pensionnaires se mettent à développer des talents artistiques incroyables, le malaise de Kit ne fait que s’intensifier. Hantée par une mélodie de piano, elle devient somnambule et aperçoit d’étranges silhouettes dans les couloirs sombres. Bien décidée à mener l’enquête, Kit découvrira que certains secrets feraient mieux de rester enfouis… car ils dépassent tout ce que la raison peut appréhender.

Mon avis :

Je n’avais jamais entendu parler de ce roman ni de son auteur, c’est en flânant à la bibliothèque que je suis tombée dessus, intriguée par son titre et sa couverture très simple mais jolie.

La lecture de ce roman était indéniablement agréable, notamment grâce à sa simplicité. L’auteur n’a pas un style d’écriture particulièrement remarquable mais il est tout à fait correct. Le rythme est plutôt lent et s’accélère seulement à la fin du roman lors du dénouement. Pendant le premier quart du roman, la pension semble normal et la jeune héroine se crée une petite routine dans ce lieu qui l’inquiétait au premier abord. Ce n’est qu’après ce premier quart que les événements surnaturels se succèdent et viennent perturber le calme de la pension. L’auteur prend donc le temps de créer des interrogations dans l’esprit du lecteur afin de créer une légère tension au moment venue. La lenteur est dont parfaitement justifié dans ce cas.

J’ai beaucoup apprécié l’histoire. Même si l’idée d’un pensionnant hanté est vu et revu, elle est ici agrémentée d’éléments qui changent de ce qu’on a l’habitude de lire et qui rendent l’histoire originale et intéressante. Dans cette histoire, l’héroïne et ses amies ne fait pas qu’être témoin d’éléments paranormaux, elle en devient l’outil.

Cependant, parlons des personnages, car ceux-ci manquent malheureusement de définition, de profondeur. Ils sont tous un peu stéréotypés et peu nuancés : la jeune fille peu attirante mais intelligente amie avec la jeune fille peu maline mais très jolie en est un bon exemple. Les dialogues entre les jeunes filles sont d’ailleurs parfois très caricaturés, ponctués par des expressions passées et qui ne correspondent pas vraiment à des ados de 15 ans de bonnes familles à base de « ma vieille » ou de « je jure sur la tête de ma mère » par exemple. Les adultes de la pension ne sont pas plus développés et le mystère qui les entoure aurait pu être bien plus creusé et mis en avant.

En résumé, l’idée du roman est très bonne et le livre est bien écrit et simple. Cependant, les personnages auraient dû être plus défini et moins stéréotypés.

2 réflexions sur “[Chronique] Black Wood de Lois Duncan

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s