[Critique] Elite, nouvelle pépite espagnole signée Netflix ?

Elite

Réalisateurs : Carlos Montero, Dario Madrona
Production : Netflix + Zeta Producciones
Dispo : 1 saison de 8 épisodes
Genre : Thriller, drame

ob_5f4767_41521072-1883363228638547-517485254986

Synopsis :

Las Encinas est l’école la plus compétitive et huppée d’Espagne accueillant les enfants de l’élite. C’est également dans cette école que trois enfants de la classe ouvrière sont admis lorsque leur école est détruite et que les étudiants sont alors répartis dans plusieurs établissements. Ils pensaient être chanceux… mais peut-être ne le sont-ils pas tant que cela ? La confrontation entre ceux qui ont tout et ceux qui n’ont rien est explosive, et aboutira à un meurtre. Qui est vraiment derrière ce crime ? Est-ce l’un des nouveaux arrivants ? Ou se cache-t-il quelque chose de plus sombre ?

Mon avis :

Depuis quelques temps, l’Espagne parvient à se faire remarquer avec ses séries en partie grâce à Netflix. D’abord La Casa de Papel puis Elite, ces séries à petits budgets font un carton et parviennent à avoir un nombre de spectateurs digne de plus grandes productions. Carlos Montero et Dario Madrona, les réalisateurs de la série Elite n’en sont pas à leur coup d’essai en ce qui concerne les séries pour ados puisqu’ils ont précédemment réalisé Physique ou Chimie en 2009. Depuis, ils ont bien progressé et nous présentent ce nouveau bébé.

J’ai d’abord eu du mal à me lancer, la série me paraissait un peu teenage et me rappelait vaguement la série Skins sortie il y a quelques années en plus moderne. Effectivement, on retrouve beaucoup de thèmes récurrents, notamment le sexe, l’alcool, la drogue et le fait de vouloir à tout prix se rebeller. Heureusement, Elite va un peu plus loin que ça, ces sujets ne sont pas traités gratuitement et apportent quelque chose à l’intrigue. La série présente crument ces thèmes mais parle aussi de thèmes plus importants tels que le Sida, l’homosexualité/homophobie, le racisme et bien d’autre. Ainsi, elle permet à tous d’y trouver son compte et de se reconnaître dans un des personnages.

Ce qui m’a réellement intriguée et qui m’a poussé à continuer la série, c’est le côté polar instauré dès le premier épisode. On se trouve en plein interrogatoire, une femme interroge les différents étudiants du lycée au sujet d’un crime. On s’interroge : quel crime ? Puis : qui est mort et pourquoi l’a-t-on tuée ? La quasi-totalité des séquences de la série sont alors des flash-backs permettant de résoudre peu à peu l’enquête.

L’image est simple mais efficace, c’est à ce niveau qu’on sent un peu les limites du budget, les réalisateurs ne s’embarquent pas dans des images incroyables qui ne seraient pas forcément utiles. Les acteurs sont vraiment bons et l’intrigue est très bien ficelée. Il y a un suspense quasi constant et la tension monte à chaque épisode, que ça soit entre les personnages lors des flash back ou lors des interrogatoires mais aussi pour nous même. Nous sommes placés au cœur de l’enquête, invités à nous questionner sur chaque personnage et les potentielles raisons qui auraient pu les pousser à tuer quelqu’un. J’ai vraiment apprécié la fin et le fait qu’on ne s’attende pas du tout à ces révélations, particulièrement lors de la découverte du criminel. La dernière séquence de la saison 1 permettra d’embrayer sur une saison 2, le dernier dialogue promettant de belles choses à venir.

4 réflexions sur “[Critique] Elite, nouvelle pépite espagnole signée Netflix ?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s