Masterclass – David Lowery

           Du 18 au 25 Juin se tenait à Paris la huitième édition du Champs Elysée Film Festival mettant en avant le cinéma indépendant français et américain. Pour clore son programme de rencontres, le festival a eu l’honneur de recevoir David Lowery lors d’une masterclass. Humble et réservé, il est revenu sur les grands moments de sa carrière. Pour ce faire, Aurélien Allain, rédacteur de Cinemateaser et animateur de cette masterclass avait préparé un florilège d’extraits représentatifs des films du réalisateur. De Pioneer à The old man and the gun en passant par A ghost stoy, Peter et Eliott ou encore Les amants du Texas, la masterclass a mis en avant la diversité du travail de ce réalisateur. En effet, David Lowery a réalisé des films différents en terme de genre mais surtout concernant le budget de chaque film, allant du micro budget à la grosse production Disney.

David Lowery

Né en 1980 dans le Wisconsin (USA).
13 courts-métrages.
5 longs métrages.
Réalisateur, chef opérateur, monteur

ELIE_SCHOUMANN

Les débuts de David Lowery

Il raconte avec nostalgie avoir commencé à réaliser des courts-métrage vers l’âge de 19 ans avec ses amis. A l’époque ils avaient un tout petit budget et ses créations relevaient du système D. Il a appris à en accepter les défauts avec le temps. Si on lui avait demandé à cette époque, il aurait répondu que ça n’allait pas assez vite, qu’il aurait dû progresser plus rapidement. Avec le recul, il considère qu’il est allé à son rythme et que c’était suffisant.

Un tournant dans sa carrière

Pour lui, son court-métrage Pioneer fût un véritable tournant dans sa carrière. Il s’agit du premier de ses films à avoir été présenté dans de nombreux festivals. Ce film s’est avéré plus universel et marquant que ce qu’il avait anticipé. Mais surtout ce qui l’a vraiment motivé, c’est le public curieux de savoir ce qu’il produirait par la suite.

Pioneer met en scène dans un huis clos un père qui raconte une histoire à son fils, un schéma assez récurrent dans ses films. En effet, il a une fascination pour ceux qui racontent des histoires et adore voir les autres les écouter. C’est d’autant plus captivant pour lui lorsque le conteur parvient à capter son attention, plutôt courte d’ordinaire. Cependant, David n’utilise pas ces personnages comme un reflet de lui-même puisqu’il assure être mal à l’aise à l’idée de parler en public.

Pioneer-David-Lowry-Short-Film

Un deuxième long métrage et de plus grandes responsabilités

Pour son deuxième long métrage, David Lowery avait accès à un plus gros budget ainsi qu’à des acteurs connus, dont Casey Affleck également présent au casting d’autres de ses films. La production était bien plus difficile que lorsqu’il tournait des films indépendants. En effet, un budget plus conséquent lui a permis de faire un tournage à plus grande échelle, avec une équipe bien plus grande qu’il fallait apprendre à gérer. C’était assez frustrant pour lui car il est très spontané et aime avoir de la liberté par rapport au plan de travail, pouvoir se dire à tout moment « Cet endroit m’a l’air intéressant, filmons ça. ». Il est tout de même très fier de ce film d’autant plus qu’il lui a permis d’apprendre à mêler spontanéité et organisation.

aintthembodies__mg_3341-1440x810

La temporalité et l’intemporel chez David Lowery

D. Lowery aime particulièrement donner un côté intemporel à ses films, qu’on ne puisse jamais les situer dans le temps. Son seul film à la temporalité claire est The old man and the gun où c’est au contraire très marqué par le biais de cartons indicatifs.

Le temps qui passe est un sujet qui lui est cher et qu’il a voulu mettre en avant dans A ghost story par un rythme très lent appuyé par la démarche du fantôme. Le thème est universel, et le cinéma y est lié par essence et c’est ce qu’il trouve d’autant plus intéressant.

hero_Ghost-Story-2017

Une volonté de faire du fantastique

Le modérateur de la masterclass fais la distinction entre la plupart de ses films et Peter et Eliott et A ghost story, en disant que les autres sont plus réalistes et « naturalistes ». David le corrige en disant qu’il n’a jamais eu la volonté d’être vraiment réaliste. On peut tout de même rapprocher ces deux films puisqu’il y a bien des thèmes en commun (accidents de voitures, monstre, mort etc) mais surtout que ce sont les films les plus personnels du réalisateur. Ce dernier avoue avoir toujours rêvé de faire du fantastique et de mettre en scène des créatures irréelles.

PETE'S DRAGON
– – – –
Un grand merci à France Culture qui m’a offert les places pour suivre cette masterclass. Après avoir eu l’occasion de discuter avec le réalisateur, je suis d’autant plus intéressée par son travail. David Lowery est une personne extrêmement gentille et exemplaire puisqu’il a progressé dans le milieu uniquement grâce à son travail et non grâce à quelqu’un d’autre.

J’ai tenté un format différent et me suis dit que le bilan de cette masterclass pouvait en intéresser certains. En espérant que le format choisi vous convient et que ce sujet vous intéresse.

7 réflexions sur “Masterclass – David Lowery

  1. jujume80 dit :

    Tu en as eu de la chance ! 🙂 Super article, qui m’intéressais beaucoup ! 😉 J’aime énormément le travail de David Lowery, « A Ghost Story » fait partie de mes films préférés et il est aussi un des films qui m’a le plus touché ! 🙂

    Aimé par 2 personnes

Répondre à La culture dans tous ses états Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s