Blackfish: un documentaire à voir absolument

Blackfish

Réalisatrice : Gabriela Cowperthwaite
Date : 2013
Genre : Documentaire

MV5BNTkyNTkwMzkxMl5BMl5BanBnXkFtZTcwMzAwOTE2OQ@@._V1_.jpg

Synopsis :

Tilikum est un orque agressif. En captivité dans un parc aquatique, il a tué trois personnes. Avec l’appui d’images choquantes, Blackfish fait intervenir des spécialistes qui luttent pour le maintien de ces animaux à l’état sauvage.

Mon avis :

Récemment, l’ONG Sea Shepherd, luttant pour la protection des océans et de la biodiversité marine a conseillé sur sa page Facebook le documentaire Blackfish. Il me semblait très important d’en parler, d’autant plus en période de vacances où vous aurez probablement envie d’aller visiter Marineland, Sea World ou d’autres parcs détenant des animaux sauvages pour des spectacles.

Blackfish se focalise principalement sur l’orque Tilikum, élevé en captivité dans deux parcs aquatiques différents et ayant développés des névroses jusqu’à tuer plusieurs personnes, principalement ses soigneurs. La réalisatrice donne la parole aux propriétaires des deux parcs, aux personnes chargées de capturer les orques pour les parcs aquatiques mais également aux anciens soigneurs de Tilikum ayant arrêté leur activité et militent aujourd’hui contre la captivité et pour le retour des animaux dans leur espace naturel.

Ces soigneurs ont tous travaillé avec la soigneuse très expérimentée tuée par Tilikum lors d’un spectacle. Ils se sont rendu compte que même s’ils ont l’air d’avoir une relation amicale et fusionnel avec l’animal, ils n’ont aucun contrôle dessus et que cela reste des animaux sauvages. Le fait de les garder en captivité développe chez eux de nombreux troubles qui les rendent violents ou dépressifs. Ils précisent que les attaques d’orques sauvages contre l’homme sont extrêmement rares, seul un animal contraint de rester dans un espace clos à faire ce qu’on lui demande développe une agressivité.

maxresdefault (2).jpg

Il est intéressant de voir que même les soigneurs ont cessé leur activité car ils se sont rendus compte du danger de leur travail mais surtout que les conditions dans lesquelles sont élevées les animaux sont atroces et nuisent à leur bien-être. Ils ne se sont pas rendus compte de tout cela avant car les parcs dans lesquels ils travaillaient leur mentaient, tout comme ils mentent au public sur la condition animal, le comportement etc.

Les différentes personnes interrogées parlent également de la sociabilité des orques, du fait qu’elles ont une grande capacité émotionnelle et vivent en groupe, une famille qu’elles créent elles-mêmes. Or, les parcs créent des familles artificielles et séparent les bébés de leurs mères, augmentant la frustration et les risques de violence de la part des animaux.

Je ne développerai pas plus que ça pour vous laisser découvrir le film et que vous puissiez vous rendre compte de l’importance de garder les animaux dans leur milieu naturel. Boycottez les parcs aquatiques comme Marineland, ne leur donnez pas d’argent en achetant une entrée, au contraire. Un animal sauvage n’a pas à être tenu en captivité dans un petit enclos pour satisfaire le besoin de divertissement de l’homme. Gardez à l’esprit que les conditions de captivité de SeaWorld ne sont pas à part et qu’elles sont les même, voir pire, dans d’autres parcs (Marineland, le parc Astérix et autre), le fait d’avoir des soigneurs ne signifie pas pour autant qu’on respecte le bien-être de l’animal.

Pour plus d’information sur le combat que mène Sea Shepherd, je vous invite à suivre leur page Facebook, où ils partagent toutes leurs missions, actions et informations importantes.

2 réflexions sur “Blackfish: un documentaire à voir absolument

  1. princecranoir dit :

    C’est très intéressant ce que tu décris de ce documentaire. Je suppose que ce qui vaut pour les orques est également valable pour les dauphins, les otaries et autres. Personnellement, je ne suis pas friand de ce genre de spectacle. C’est d’ailleurs souvent destiné à distraire les enfants, ce qui rend la chose plus perverse encore, car c’est les habituer au « mauvais exemple ». Idem pour les cirques et leur ménagerie exotique. Pour le zoo, c’est différent je pense. Il y a un aspect conservatoire animalier qui me semble plus pertinent. Tout dépend des conditions de vie évidemment.

    Aimé par 1 personne

    • Amandine dit :

      Exactement, les orques ne sont qu’un exemple et en effet, c’est montrer le mauvais exemple aux enfants et les habituer à voir des animaux soumis. Les zoos ça dépend oui, quand je vois la taille des enclos du zoo de la Flèche, très médiatisé (mais toujours filmé en grand angle pour ne pas qu’on voit que c’est tout petit ) je trouve ça abusé. Même si ils sont probablement bien traités quand même.

      Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s