[Chronique] L’Enceinte 9 d’Ophélie Bruneau

L’enceinte 9

Auteure : Ophélie Bruneau

Editions : Lynks

20190920_163331.jpg

Résumé :

Depuis cent ans, à cause d’une pandémie meurtrière, l’humanité s’est repliée derrière 12 Enceintes. Seule survivante, l’Enceinte 9 voit ses ressources s’épuiser et le collectif Fin du monde, qui prône la fin de l’espèce humaine, monter en puissance. Comment Ysa, tout juste promue policière, parviendra-t-elle à sauver son Enceinte de l’extinction ?

Chassée par une pandémie meurtrière, l’humanité a fui le monde. Les habitants de l’Enceinte 9 vivent depuis un siècle repliés derrière leurs murailles. Ils ont perdu le contact avec les autres Enceintes, et la Gestion, le logiciel chargé de répondre aux besoins de chacun, ne suffit plus à empêcher les ressources de s’épuiser peu à peu. Ysa est une jeune surnuméraire : née sans bon de naissance, elle doit travailler pour la collectivité dès ses dix-huit ans. Ses premières missions dans la police la confrontent à de nombreux incidents : des suicides de masse, des vols de nourriture. Y aurait-il un lien avec le collectif Fin du Monde, qui souhaite la mort de l’espèce humaine et a déjà anéanti des Enceintes ? La rencontre d’Ysa avec l’ombre, la population non gérée, va tout précipiter. Comment sauver l’Enceinte 9 avant qu’il ne soit trop tard ?

Mon avis :

Dans un univers post-apocalyptique, une ville demeure derrière d’immenses murs de l’Enceinte 9 afin d’éviter la pandémie qui touche le reste du monde par delà les barricades. On y découvre Iza, une jeune orpheline noire ayant vécu toute sa vie au sein de la pouponnière. Pour cette raison, elle porte le nom d’Insulae pour signifier qu’elle vient de l’Enceinte. Ce nom sonne comme une appartenance dont elle ne veut pas. Or, elle se trouve affilié à son métier : elle devient membre de la Police centrale avec son amie Lidari.

Pour le bien de sa mission, on la dote malgré elle d’un implant oculaire électronique lui permettant d’augmenter ses facultés. Très vite, elle s’attache à cet implant qu’elle n’a pas voulu et qui ne devrait pas exister et pour cause : celui-ci est doté d’une intelligence artificielle appelée Zéro. Yza va très vite s’engager pour protéger la population et faire réveiller les consciences à l’aide de son nouvel ami.

Le roman est très bien écrit et bien rythmé. Les événements sont riches et s’enchainent facilement, sans longueurs. Le point positif est l’héroïne, une jeune femme noire badass comme on voit encore trop rarement dans la littérature ou le cinéma. De plus, elle comme les autres personnages sont attachants et leurs relations bien ficelés. J’ai vraiment été bluffé par la qualité d’écriture de la relation entre Yza et l’IA Zéro, très émouvante, entre amour/haine et dépendance. Ce dernier point remettant ainsi en question notre point de vue de la liberté puisque l’héroine est en recherche constante d’un meilleur avenir et de franchir les limites imposées à l’Enceinte.

Mise à part cela, le roman traite de politique et d’écologie, des thèmes qui sont de plus en plus importants et qui sont ici traités de façon à donner espoir à la jeunesse et montrer qu’en s’unissant il est possible d’ouvrir les esprits et peut-être d’améliorer les choses. Dans un décor post-apocalyptique questionnant le devenir de l’humanité, le roman apporte finalement une belle leçon, sans condescendance.

Un immense merci aux éditions Lynks pour l’envoi de ce roman.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s